lundi 19 mars 2007

"Au Nord, y'avait les corons..."


Alors. Hier, nous avons mangé, dans un cadre sympathique, des nourritures terrestres plus que correctes, apportées par de gentils serveurs (qui disaient bonjour, bon appétit, merci et bonne soirée) à un prix raisonnable...Je n'ai pas oublié de me pâmer devant toute cette politesse, ce bien-manger et des prix qui m'ont paru tout à fait exceptionnels. Et c'est en discutant avec mes hôtes, parisiens repentis et fraîchement installés à Bruxelles, que j'ai dû me rendre à l'évidence: non, rien d'extraordinaire dans le fait de vivre dans un appartement à taille humaine. Non, ne pas manquer de se faire écraser dès lors qu'on pose un pied sur la route est normal. Les sourires affichés des commerçants ne font pas d'eux des extra-terrestres, mais des êtres humains. Et il paraît même que demain (ici, les magasins sont fermés le lundi. Et le dimanche!),lorsque nous irons faire les boutiques, je pourrai acheter des sacs des années 30 à des tarifs prohibitifs!!!
A chaque fois, c'est le même scénario: un temps d'adaptation m'est nécessaire quand je quitte Paris pour découvrir La Civilisation.Non, je n'ai pas écrit qu'à Paris régnait la Barbarie, je l'ai sous-entendu...Si je le pense vraiment? Ca m'arrive. Dans des lieux tels que le métro, les files d'attente et les grands magasins-même-en-dehors-des-soldes, je me surprends à me métamorphoser en femme préhistorique luttant pour la survie, tandis que mes congénères ont manifestement chassé le mamouth une nuit durant pour présenter de tels signes cliniques à 9 heures du matin.
Alors, bien sûr, il y l'art (où ça? Où ça?), la mode, l'Amour et le french kiss ne se pratique nul part ailleurs comme à Paris....Mais il m'arrive, certains jours, d'être tellement fatiguée qu'à l'idée de faire la Queue Parisienne devant un musée, les magasins un samedi après-midi ou d'être amoureuse à deux dans 40 m2, je renonce. Et je me retrouve devant un petit écran largement distribué dans nos campagnes, savourant le plaisir de m'étioler dans un pyjama défraîchi et confortable, enfermée à double-tour. Parce que vivre les uns sur les autres à longueur de journée m'est franchement insupportable! La promiscuité tue l'amour, l'élégance, la fraternité et l'humanité, je n'ai rien inventé!!! Et pourtant...Je vis à Paris et je suis une adulte prétendument responsable de ses choix. Sauf qu'il m'arrive de me demander si, emballée comme une machine frénétique, je me donne encore les moyens de choisir. Et si ma vue, qui s'arrête au niveau des immeubles en face de ma fenêtre, n'est pas devenue trouble. Mes pensées sont accordées à ma marche, sa cadence et son aisance ainsi qu'à ma vue, sa profondeur et ses perspectives! L'image du ciel égyptien constellé d'étoiles arrive en surimpression dans mon paysage mental et ma réflexion fait des sauts de puces d'Orion à Cassiopée:" on est si peu de choses et mon amie la rose me disait ce matin........"

7 commentaires:

For Your Eyes Only a dit…

ça fait ça lorsqu'on se retrouve chez les autres, ailleurs ; l'herbe est-elle plus verte?
tu as passé un bon week end (moi je voudrais retourner à Bruxelles bientôt, j'aime l'ambiance de cette ville) et il faut se réhabituer à son chez soi parisien, il me serait difficile de partir de Paris, à moins que...!!!

Miss K a dit…

Je suis encore à Bruxelles.
Il a neigé. Appelons ça une image d'Epinal...Probablement je déchanterais en effet si cela devenait mon quotidien. Et, bien que je râle, c'est à Paris que je vis.Bah...Une contradiction supplémentaire!!!Merci aussi pour ta visite et bonne journée.

Anonyme a dit…

Et oui, l'herbe est plus verte ailleurs, bien que Bruxelles manque d'espaces verts... Cela me donne l'occasion de réagir.
Paris se déshumanise petit à petit pour devenir une métropole de bobos qui se regardent le nombril! Ville des lumières, qui finissent par briller seulement pour une minorité, qui ne sait plus s'amuser, se retrouve dans des bars cosy enfumés d'un design vieillissant où il est rare de croiser un sourire. Ville grise qui ne semble ravire que le coeur des touristes se prenant en photo devant un coucher de soleil sur le pont neuf...
Mais où est la dynamique architecturale que connaît l'Espagne depuis plus d'une décennie mobilisant la fine fleur des architectes internationaux, rivalisant d'une ville à l'autre pour devenir la plus exhubérante, la plus sexy?
Où est l'énergie et la créativité d'un Berlin en construction où tout est encore possible, où les jeunes se mélangent quelques soient leurs origines, où il n'est pas ringard de rouler à vélo et d'aligner 5 poubelles différentes pour trier ses déchets, où les plafonds des appartements sont aussi hauts que l'ouverture d'esprit de ses habitants?
Où est la modernité sociale d'une Amsterdam qui n'identifient plus ces citoyens en fonction de leur origine sexuelle depuis des décennies et qui les laissent profiter des paradis naturels?
Bref, Paris est, hélas, en train de devenir cette ville musée, tant crainte, où même ses habitants devront bientôt porter le berret et la baguette pour amuser le touriste chinois... Le parisien n'arrive même pas à rire de lui même en regardant, assis sur son siège de ciné, les pubs si vraies du journal portant le même nom...
Enfin, je m'emballe et j'oublie qu'il s'agit surtout d'exercices de style et non d'un forum contestataire! Mais l'envie était trop grande de se laisser, à mettre par écrit les mille exaspérations du quotidien, même s'il s'agît de banalités pour certains, face à l'endormissement de cette ville, qui reste l'une des plus belle du monde...

Miss K a dit…

Nonnon, l'esprit contestataire me convient parfaitement, dans des limites à ré-évaluer au fil du temps bien sûr, mais pourquoi demeurer "anonyme"? Hmm, je suis curieuse, effectivement, z'êtes prié de vous déchausser en déclinant votre identité!
Pour te répondre brièvement et superficiellement, la France vieillit, c'est rien de l'dire!!!
Et alors là, en période électorale, c'est l'pompom: le show s'est vidé de sa reality, non? C'est très léger, je le reconnais et éloignée de l'adrénaline parisienne, je perds mes moyens...Illico presto, je m'en vais me consacrer à ce qui me revient de droit (et que j'affectionne, vous pouvez m'en croire) à savoir les "Desesperates Housewifes" que je découvre ce soir...Demain, les boutiques belges (dont la plupart se nomment "Fin de siècle"!!!) et leurs trésors: nul doute que les esprits vont se déchaîner de plus belle!!!

Anonyme a dit…

Ah, les Desperate Housewives, j'ai hâte de voir la saison 2... Bree est pleine de surprises! Anonyme, je le suis, plus car je n'ai pas envie d'ouvrir un compte google mais j'en profite pour lancer une devinette pour me débusquer... En quelques mots : théâtre, bon conseil, travaux (facile)...
Paris est gris ce matin, froid et les femmes, au marché ce matin, disaient : "les fruits vont être chers cet été avec le gel qui s'annonce"! Bises à tous les trois...

Miss K a dit…

Quel suspens!
Je frétille et n'oppose aucune résistance à ce jeu qui , pourtant, m'agace un peu...Oserais-je (en compagnie de S.) quémander des indices supplémentaires?

miss zen a dit…

Moi c'est pire, je suis bruxelloise et installee a PAris depuis 8 ans....une bonne blague belge en quelque sorte.
Donc j'y retourne tous les mois, voir papa, maman et tout le clan.... j'en ai vraiment besoin.
Mais j'adore Paris, il y a des plus et des moins mais c'est une ville extraodinaire. Et malgre tout, je me suis fait de vrais amies ici, c'est un peu bateau mais mon qurtier est un petit village et je me suis ancree dans cette ville.
Disons que quand ma zenitude defaille, hop un petit coup de Thalys et je retrouve le sourire.
Miss Zen